(Citrus limon; Angl: lemon; All: zitrone; Esp: limon; Ital: limone)

Originaire d’Asie, comme tous les Citrus, le citronnier de la famille des Rutacées, sous-famille des Aurantiacées, est cultivé en pleine terre sur tous les rivages de la Méditerranée. Il est aujourd’hui cultivé dans toutes les zones de type méditerranéen, comme la Californie, l’Argentine, le sud de la Chine, l’Afrique australe.

Le citronnier est probablement le résultat d’un croisement entre le cédrat et la lime. Vu le nombre d’hybridations, il en existe de nombreuses variétés qui se distinguent surtout par l’écorce. C’est un arbrisseau muni d’épines avec des feuilles persistantes et alternes. Les fleurs odorantes ressemblent à de petits lis. C’est une des rares espèces végétales à fleurir et fructifier toute l’année. Un même arbre peut porter en même temps des fleurs, des fruits verts et des fruits mûrs et donner jusqu’à 2000 fruits à l’âge adulte.

Les citrons à peau lisse, les plus lourds, sont généralement les plus juteux. De mi-mai à mi-novembre, les fruits sont généralement soit le résultat d’une floraison artificielle, soit cueillis en début de récolte et avant complète maturité.
Nous consommons en France plus de 130000 tonnes de citrons par an qui viennent essentiellement d’Espagne(70%), d’Argentine et de Turquie. La production française provenant des Alpes maritimes et de Corse, très faible depuis les gelées de 1985, ne représente qu’un peu plus de 1% des citrons que nous consommons soit 1700 tonnes.

La plupart des citrons subissent des traitement, ils sont « déverdis » et plongés dans un conservateur chimique, puis enrobés de paraffine pour les rendre lisses et brillants. Pour enlever leur couleur verte on leur fait subir des chocs thermiques pendant un jour ou deux, en les faisant passer de 4 à 24°, au contact de gaz d’éthylène qui agit sur la pigmentation. Pour la conservation on utilise du thiabendazole ou de l’imazalil.

LES FAUX-AMIS
Le citron vert, plus petit, plus juteux, plus parfumé, appartient à la famille des limes. Vous pouvez mêler des zestes ou des quartiers pelés à vif de citron et de citron vert, d'orange ou de pamplemousse, pour décorer et parfumer des desserts ou des plats aux " trois agrumes ", très en vogue de nos jours.



[HAUT DE LA PAGE]


Le citron serait originaire de la zone himalayenne du Cachemire et aurait gagné la Chine deux mille ans avant notre ère. Bien que culitivés depuis deux millénaires dans ces pays, les Citrus étaient pour les peuples gréco-romains des arbres mythiques, connus pour porter des fruits et des fleurs toute l'année. Les Anciens ne connaissait que le cédratier, appelé aussi pomme médique ou citronnier de Médie, ancienne province de l’empire perse, qui a été importé en Méditerranée au cours du premier millénaire, vers le 4e siècle avant notre ère à la suite des conquêtes d'Alexandre le Grand. Ses gros fruits, à l'écorce épaisse, irrégulière et au pédoncule très prononcé, représentés sur les mosaîques romaines du 1er siècle cessèrent d’être cultivés après la chute de l’empire romain. Les Maures les replantèrent en Sicile, en Andalousie et
dans la zone subsaharienne à partir du 8e siècle et introduisirent le vrai citronnier aux alentours du 10e siècle d'abord en Palestine et en Égypte, puis dans les régions européennes sous leur influence.

Il était très apprécié des médecins arabes, grecs, latins. Avicenne recommandait le citron pour lutter contre les palpitations. Sainte Hildegarde pour lutter contre la fièvre. La plupart des médecins du Moyen-âge y voyait un puissant antidote contre les poisons et les venins et un moyen de prévenir les épidémies, surtout quand il était asocié au thym et à l'ail. Les pépins très amers étaient aussi utilisés jadis comme vermifuge et contre la fièvre.

Dans Miroir, mon beau miroir. Une histoire de la beauté, Dominique Paquet énumère les canons de la beauté médiévale qui " est jeune, adolescente, car, à vingt-cinq ans, alourdie par les maternités, la femme entre dans le " désert de l'amour " et dix ans plus tard n'est plus qu'une " vieille recrépie" ou une " vieille réparée " par le fard. Ces nymphettes doivent avoir des " yeux vairs et riants "(Aucassin et Nicolette), sous des paupières bombées et diaphanes, ils doivent briller d'une lueur qui ne doit rien à la couleur mais plutôt au jus de citron! " Gardons nous de ricaner, nos revues féminines et les livres sur les plantes donnent encore ce genre de conseils pour aviver le regard, le faire briller et lui donner de l'éclat. Ce qui a changé c'est outre les progrès de la cosmétologie, le climat ambiant, la diminution de la mysoginie affichée. Quel homme oserait dire aujourd'hui que : " la femme est femme le jour et gueunon la nuit ", que : " Femme fardée et ciel pommelé sont de courte durée " ou encore que: " A force de coiffeurs, la fiancée devient chauve " sans s'attirer une volée de bois vert.
Quoiqu'en pensent les censeurs, pendant des siècles les coquettes ont utilisé le citron pour éclaircir leur teint, atténuer leurs tâches de rousseur, adoucir leurs mains, durcir leurs ongles, faire briller leur chevelure.

Le jus de citron, limona, a très vite été adopté dans la cuisine arabe comme acidifiant dans des sauces aigres à côté du jus de la bigarade, de la grenade, de la pomme verte, de l'abricot, mais aussi du verjus, des baies de sumac, du lait aigre ou du petit lait. Les arabes le diffusèrent dans tout le bassin méditerranéen. Son emploi à partir du Maghreb et d'Al Andalus s'est vite élargi à la cuisine de la péninsule ibérique, comme en
témoigne le recueil catalan Sent Sovi du 14e siècle, et celle de la Sicile. C'est aussi le cas de la cuisine juive d'après les livres de cuisine du 14 et 15e siècles. Pour accompagner le poisson au court-bouillon la sauce la plus appréciée était à base d'oeufs, du bouillon de poisson et de citron. Dans les régions non méditerranéénnes on s'en tenait plutôt à des produits tels que le verjus ou le vinaigre.
On attribuait au citron, de nature froide des vertus diététiques, ainsi le traité de diététique Opusculum De saporibus de Magninus de Milan au 14e siècle conseille " que la matière des sauces en été soit le verjus, ou le jus tiré des sommités de la vigne, ou le vinaigre, ou le jus de citron, ou d'orange, ou de grenade". Le De saporibus qui prend la peine d'indiquer pour chaque viande, volaille ou poisson, les sauces qui lui conviennent le mieux, affirme que " les rôtis de tourterelles, de perdrix, de pigeons, de cailles, n'ont besoin d'aucune autre sauce que du sel et du citron", tandis que Taillevent qui n'est pas familiarisé avec le citron conseille d'assaisonner ces mêmes produits de " sel menu ".
Le citron, comme les autres agrumes, cédrats, oranges amères, a été cultivé sur une grande échelle en Italie, dans le Mezzogiorno à partir du 13e siècle bien qu'ils soient restés chers et réservés aux privilégiés.

Aux 17 et 18e siècles, la palette des épices se rétrécit considérablement dans la cuisine française et leur emploi recule au profit des champignons, des truffes et de toutes sortes d'épices indigènes et de condiments venus de pays proches tels que les câpres, les anchois, le citron. En France les ingrédients amers sont plus divers qu'au Moyen-âge, le jus de citron et de bigarade s'ajoutent à la liste, même si le nombre de recettes acidulées est un peu moins important.
En 1656 Pierre de Lune qui se présente comme ancien " escuyer de cuisine " de feu le duc de Rohan et qui, le premier cherche à supplanter La Varenne, énumère dans la préface de son ouvrage Le Cuisinier une liste d'ingrédients que tout bon cuisinier qui se respecte doit toujours avoir sous la main. Y figurent des tranches de citron tenues au frais dans un bol d'eau, des oranges en quartiers, des câpres, des olives, des pistaches décortiquées et hachées, des graines de grenade, ainsi que du persil frit, du pain passé à l'oeuf battu, et un roux fait de saindoux et de farine.
Le citron est si répandu que Boileau peut comme pour la muscade se gausser et demander dans son Repas Ridicule demande: " Sentez-vous le citron dont a mis le jus? " Ce qui choque au 17e siècle c'est l'abus d'épices et surtout le mélange de sucré et de salé. En 1691, la comtesse d'Aulnoy se plaint d'un dîner à Madrid. Le jambon lui aurait plu s'il n'avait été " couvert d'une certaine dragée que nous nommons en France de la non pareille(...) dont le sucre se fondait dans la graisse " et s'il n'avait pas été " tout lardé d'écorces de citron, ce qui diminuait bien sa bonté. "

A partir du 19e siècle, la consommation des agrumes a considérablement augmenté avec la colonisation. La consommation de citrons et d'oranges en provenance de l'Italie, de l'Espagne, du Portugal, de la Provence ont diminué au profit de l'importation d'agrumes d'Afrique du Nord et de Palestine et plus tard d'Israël et de Floride.

Dans Médecine de campagne, l’auteur se montre très sévère sur les vertus antiseptiques du citron pour les nourrissons. Il évoque l’association des dames de Maules, entre Mantes et Paris, fondée par le docteur Pecker en 1895 et cite des passages de ses ouvrages destinées à ces dames: « Elle aura aussi à portée de main du sublimé, et surtout, un citron frais dont le jus sera instillé dans les yeux du nouveau-né car l’habitude d’exprimer dans l’oeil du nourrisson un peu de lait maternel n’est d’aucune efficacité et elle a coûté la vue à de nombreuses gens. » Sur ce point le médecin, le docteur Germain Galérant, auteur de Médecine de campagne s’élève à plusieurs reprises dans son livre sur son usage à ce titre. Il écrit: « On le voit à côté d’excellents conseils hygiéniques, c’est plutôt un mélange de précautions inutiles assorti d’oublis fâcheux et de recommandations regrettables. Le jus de citron en particulier, n’a pas la moindre propriété antiseptique; pourtant cette pratique subsiste encore de nos jours et il nous souvient d’avoir, durant l’Occupation, mené, près de Pont d’Ouilly, une rude bagarre dans une famille où on avait subtilisé le flacon de nitrate d’argent indispensable (Cette saloperie-là c’est bon à crever les yeux de l’enfant. On n’a pas idée!) » Ou encore: « Le procédé de Crédé finit par s’imposer. Non sans réticence comme il arrive à toute innovation, et longtemps après 1900, il n’était pas exceptionnel de lire: nitrate d’argent ou jus de citron. Ce dernier, nous l’avons dit, n’a pas la moindre valeur antiseptique et nos confrères endossaient la lourde responsabilité de ne pas prévenir une maladie qui entraîne une cécité définitive, sans exclure l’échéance dramatique d’une évolution sarcomateuse. » On ne saurait être plus sévère.

Dans le film de Louis Malle, Atlantic City, on voit Susan Sarandon qui travaille dans un bar à huîtres se frotter longuement et langoureusement le corps de moitiés de citrons pour se laver et se débarrasser de toute odeur, au grand émoi de Burt Lancaster qui l'épie.

[HAUT DE LA PAGE]




Menton, capitale du citron:
Si Menton est aujourd’hui la capitale française du citron, une légende en donne, comme il se doit, la raison. Avant d’être chassée du Paradis, Eve déroba un citron. Longtemps Adam et Eve errèrent à la recherche d’un endroit qui pourrait leur rappeler le Paradis perdu quand enfin ils arrivèrent dans la baie de Menton. Eve posa son citron sur le sol et dit: « Crois et foisonne, ô fruit du ciel, dans ce jardin digne de toi.

Charme d’amour et fidélité:
On considère dans le Middle-West qu’une femme se doit de faire souvent des tartes au citron pour que son mari lui reste fidèle. Mettre un zeste de citron sous la chaise d’un invité garantit une longue amitié.

Au Portugal, qui s’est disputé avec sa bien aimée, doit trois jours de suite pendant l’angélus, piquer un citron avec une épingle en disant: « Comme je pique ce citron, je pique ton coeur. Puisses-tu ne manger, ni boire , ni dormir, ni avoir de repos avant que tu ne sois venue me parler. »

En Inde un homme repoussé par l’élue de son coeur doit planter dans des pots quatre pépins d’un citron qu’il aura mangé. Il lui faut se procurer de la terre pour remplir les pots qui vienne pour l’un du jardin de son père, pour les autres de sa bien-aimée, du père de celle-ci et enfin de son propre jardin. Il faut de la patience et attendre que poussent les arbrisseaux. C’est très bon signe si celui planté dans la terre de son père est mort alors que celui planté dans la terre du jardin du père de l’élue est en pleine forme et vigoureux. Comme l’écrit Scott Cunningham: « Si on a la chance que cela se produise,

l’homme offre ce citronnier à la femme qui ne peut le refuser. En peu de temps, elle tombe amoureuse à son tour.

Magie:
Selon les anciennes croyances rapportées par Paul Sébillot, jeter à la mer un citron piqué de plein de clous peut se révéler fatal pour son ennemi: « Si on ne retrouvait pas le fruit intact, la conjuration ne pouvait être détruite et celui qui en était l’objet expirait dans des souffrances atroces. »

En Inde, le citron est bénéfique, purificateur et les petits boutiquiers suspendent à un fil sur le seuil de la porte de leur magasin, un tout petit citron et un piment pour écarter toute influence maléfique et leur porter bonheur.

Le citron étant purificateur il est recommandé de prendre à la pleine lune un bain très chaud additionné du jus de deux ou trois fruits. Le jus de citron a aussi le pouvoir de nettoyer les objets magiques qui ont été utilisés par quelqu’un d’autre. « Ce lavage acidulé éliminera toutes les vibrations parasites, pas forcément négatives mais toujours gênantes, dont ils sont imprégnés, l’aura de l’autre magicien venant perturber la vôtre », rapporte Scott Cunningham.

Presser le citron "
« Se presser le citron » signifie se triturer les méninges. Par contre quand un patron presse ses ouvriers comme des citrons, c’est un mauvais employeur qui les fait suer sang et eau. Rappelons une autre expression populaire: se « magner le citron ».

Charade:

  1. Mon premier est un cul-de-jatte qui descend la rue Lepic à toute vitesse
  2. Mon deuxième est un cul-de-jatte qui descend la rue Lepic à toute vitesse
  3. Mon troisième est un cul-de-jatte qui descend la rue Lepic à toute vitesse
  4. Mon quatrième est un cul-de-jatte qui descend la rue Lepic à toute vitesse
  5. Mon cinqième est un cul-de-jatte qui descend la rue Lepic à toute vitesse
  6. Mon sixième est un cul-de-jatte qui descend la rue Lepic à toute vitesse
Soit: Six troncs pressés, ou citron pressé.

[HAUT DE LA PAGE]




Le citron contient de l'acide citrique, de l'acide malique, du potassium et du calcium, des sucres, environ 8% de glucides, des matières pectiques, du mucilage, des sels minéraux, des oligo-éléments et de la vitamine C. Il contient également des hétérosides flavoniques exerçant une action vitaminique P. Il est très riche en vitamines C (jusqu’à 65 mg par 100g), ce qui explique qu’il soit un antiscorbutique puissant, très apprécié quand sévissait cette maladie, particulièrement chez les marins, et qu’il soit désinfectant.

Sain, savoureux, plein de vitamines, le citron est aussi un véritable médicament qui prévient les accidents cardio-vasculaires. Il combat la sclérose des artères et leur garde leur souplesse. La vitamine P que contiennent ces agrumes « augmentent la résistance des petits capillaires sanguins et diminuent leur perméabilité, améliorant ainsi la circulation périphérique » explique Jean-Marie Pelt.

Il entre dans la composition de plusieurs médicaments. Il est tonique, stimulant de l’appétit, révulsif, amer aromatique et correcteur du goût en pharmacologie.

C’est aussi un dépresseur du système nerveux central, un bactéricide et un désinfectant utilisé dans la préparation du champ opératoire ou en dermatologie.

Il est régulateur de la glycémie, tonique hépatique, durétique, antinévralgique, antirhumatismal. C’est un des rares fruits qui soit recommandé aux diabétiques. Une citronnade ou une limonade, simplement désaltérante en cas de canicule, est utile en cas de grippe, d’angines ou de fièvres et est recommandée contre l’artériosclérose. Il est antiseptique, et on peut le badigeonner en cas d’angine, stomatite ou d’aphtes, ou faire des bains de bouche avec un jus de citron dans un verre d'eau tiède sucée au miel.

Un coton imprégné de citron placé dans la narine stoppe les hémorragies nasales.

L’écorce de citron a des vertus carminatives et toniques qu'elle soit fraîche ou séchée.

Beauté:
Le jus de citron a une action dépurative de la peau et est utilisé dans des produits dermatologiques pour soigner les affections de la peau.

Il est astringent et recommandé utilisé pur ou dilué dans de l’eau de rose ou de l’eau minérale, pour les peaux grasses contre les pores dilatés et les points noirs. Vous pouvez aussi vous faire des masques en mélangeant du jus de citron à un blanc d’oeuf battu.

Si vous avez les ongles cassants, utilisez le jus de citron en cures de 8 jours en appliquant du citron comme durcisseur d'ongles.

Ajoutez un peu de jus de citron du rinçage quand vous vous lavez les cheveux. Ils seront souples et brillants.

Avant de jeter un demi-citron à la poubelle, frottez vous en les mains, le dessous des ongles, vous aurez des mains et des ongles nets et propres. Nos grand-mères s'en servaient pour prévenir ou diminuer l'apparition des tâches brunes de vieillesse.

Ceux qui souffrent de cellulite peuvent prendre à jeun un verre de jus de citron frais, non sucré, coupé d'eau.

Le saviez-vous?
  • Une tranche de citron écrasée dans une tasse de café noir est réputée très efficace contre les maux de tête. Contre les douleurs névralgiques ou rhumatismales, essayez de frotter les endroits douloureux avec un citron coupé en deux.

Huile essentielle:
De senteur fraîche, vivante, amère, elle est aromatique, elle a une odeur de propre. Elle est rafraîchissante, antiseptique, astringente, tonifiante. En usage interne est antiseptique et diurétique sur le plan urinaire. Elle est antirhumatismale. En usage interne, elle peut être prescrite en cas de rhumatismes, en cas de digestions difficiles, d'indigestion, en cas de cystites et de lithiases urinaires.

En usage externe, c'est un antiseptique cutané. Elle est utilisée en cas de maladies de peau, notamment contre l'acné. Elle est également utilisée en frictions contre les furoncles.

En usage cosmétique, c'est un tonique et un astringent utilisée dans des lotions pour les peaux grasses. Elle redonne aussi de l'éclat aux cheveux ternes. En frictions sur le cuir chevelu, elle aide à lutter contre les pellicules.

Elle est également utilisée en vaporisations pour rafraîchir l'atmosphère d'une chambre de malade

Attention!
  • Prenez conseil auprès de votre médecin ou de votre pharmacien. Ne vous exposez en aucun cas au soleil après utilisation d'essence de citron. Des taches cutanées très inesthétiques peuvent apparaître à cause du bergaptène contenu dans l'huile essentielle. Nettoyez-vous la peau et laissez passer au moins 6 heures. Signalons qu'une huile sans bergaptène est aussi en vente dans le commerce.
  • L'huile essentielle ne doit jamais être utilisée pure, mais toujours très fortement diluée( 1% ou moins ) sous peine de provoquer des irritations cutanées.
  • Elle ne doit jamais être inhalée.

Médecine ayurvédique:
Le citron est classé parmi les plantes aromatiques de saveur acide, de nature froide et d'action post-digestive acide.

Dans l'alimentation quotidienne, le citron est conseillé dans la préparation des plats pour contrebalancer les effets négatifs de certains aliments. Ainsi, par exemple, il est conseillé, comme la noix de coco, avec le poisson et l'ail qui augmentent pitta, la bile. Avec les oignons et les salades vertes qui produisent des gaz. Avec l'avocat qui augmente kapha, le phlegme.

En cas de gaz abdominaux, il est conseillé de prendre une pincée de bicarbonate de soude et le jus d'un demi-citron dans un verre d'eau.

[HAUT DE LA PAGE]




Astuces:
  • Achetez les aussi fermes, gros et frais que possible. Prenez-les d’un beau jaune vif, sans rides et sans taches. Les citrons de couleur plus orangée perdent de leur goût acidulé en mûrissant. Si vous désirez utiliser l’écorce ou le zeste, choisissez des citrons non-traités, non paraffinés. La plupart ayant été traités au dyphényle, il est plus prudent et même indispensable de les laver tous sous l’eau chaude et de les frotter avec une petite brosse dure.
  • Si vous tombez sur des citrons pas assez mûrs ou "déverdis " artificiellement, vous pouvez leur enlever de leur acidité en les faisant tremper une minute dans de l'eau bouillante.
  • Conservez vos citrons entiers dans le bas du réfrigérateur ou à la cave, ou autre endroit frais. Les citrons entamés doivent être recouverts d’un film plastique et consommés rapidement.

Écorce:
La confiture d'écorces de citrons convient très bien pour farcir des crêpes ou accompagner une glace.

Une écorce de citron allégera un bouillon trop lourd et lui conférera un goût délicieux. Retirez-la avant de servir.

Vous pouvez préparer des écorces de citron glacées dans un sirop de sucre qui mises en bocaux dans leur sirop se conserveront trois semaines. Si vous les faites sécher 12 heures sur une grille, elles se conserveront pendant 6 mois dans un bocal hérmétiquement fermé. Pour qu'elles restent plus tendres, plus longtemps, il est conseillé de les faire cuire par moitiés entières et de les détailler ensuite au fur et à mesure de vos besoins.

Jus:

Astuces:
  • Pour obtenir le maximum de jus, roulez-les sur une table avec la paume de la main de façon à les ramollir et rompre la pulpe.
  • Toutes les ménagères savent qu'un peu de jus de citron empêche les fruits, pommes, avocats...de noircir à l'air.

Rondelles et quartiers:
Les rondelles parfument les jus de fruits frais, les cocktails et certaines boissons alcoolisées. Elles apportent une note décorative aux plats surtout si vous soignez et variez la présentation.

Les quartiers de citrons sont indispensables avec les huîtres, les fruits de mer, les poissons... Les quartiers que l'on presse pour donner un filet de citron aux plats doivent être coupés dans le sens de la longueur. Il est préférable de couper d'abord le fruit en deux à partir du pédoncule puis chaque moitié en quatre.

Pour peler à vif des quartiers de citron, il faut débarrasser le citron de son écorce et de la peau blanche et amère qui entoure chaque quartier. Avec le plat d'un couteau, tirez à vous toute la peau blanche accrochée aux quartiers de fruits. Veillez ensuite à séparer chaque quartier et enlevez le reste de peau blanche qui les entoure, puis retirez les pépins.

Zeste:
Pour prélevez le zeste, pelez les citrons avec un zesteur ou tout simplement un couteau économe en veillant à ne prélever que la couche supérieure jaune qui contient toutes les huiles essentielles sans entamer la peau blanche amère qui se trouve en dessous.

S’il reste de la peau blanche, posez le zeste sur une planche et raclez avec la lame d’un couteau pour obtenir un zeste transparent. Détaillez les zestes en fines languettes en tranchant les morceaux que vous aurez placés les un par dessus les autres sur une planche. Pour râper un zeste, utilisez la partie fine d'une râpe à fromage et frottez doucement pour ne pas entamer la partie blanche.

Plus le zeste sera fin, mieux son arôme se mélera aux autres et se fondera dans les glaces, les sorbets, les gâteaux, les sauces. Grossièrement râpé on l'emploie plutôt dans les plats exotiques, les currys, les râgouts.

Juliennes:
Les juliennes de zestes de citron, de petits bâtonnets coupé très très fin, décorent les tartes au citron et fignolent la présentation d'un plat.

Vous pouvez aussi les confire au sirop jusqu'à ce qu'elles deviennent translucides. Dans ce cas, attendez deux jours avant de consommer.

Citrons confits:
Les tranches de citron confit font merveille avec le porc ou le canard. Elles seront encore meilleures dans les desserts si vous les plongez quelque temps auparavant dans de la liqueur d'orange.

Citrons confits au sel:
Ils sont très utilisés dans la cuisine d'Afrique du Nord et en Egypte. On les appelle misr au Maroc. On les utilise dans la préparation des tajines, mais en ne prenant que l'écorce coupée en morceaux, après avoir jeté tout l'intérieur et les avoir bien lavés.

Citrons séchés:
Vous pouvez les utiliser dans la préparation de pots-pourris ou dans la composition de bouquets séchés.

Huiles essentielles:
Elles sont extraites de l’écorce du fruit. Elles sont utilisées en pharmacie comme correcteur du goût ou de l’odeur de certains médicaments et entrent dans la composition de médicaments.
Le suc obtenu par expression et l’essence de citron obtenue par expression sont également utilisés en parfumerie et en distillerie.

Maison
Astuces:
  • Pour nettoyer vos bijoux en argent, faites-les tremper dans du jus de citron, puis rincez soigneusement et séchez-les à la peau de chamois. Pour les cuivres ternis, utilisez des demi-citrons avec lesquels vous les frotterez. Saupoudrez de gros sel.
  • Les tâches d’encre, de légumes, de nicotine sur les doigts peuvent partir au jus de citron en frottant et refrottant.
  • Pour enlever des tâches de fruits sur du cuir ou sur un tissu synthétique, mettez quelques gouttes de jus de citron. Tamponnez et passez à l'eau tiède. Laissez sécher et renouvelez l'expérience si nécessaire.
  • Si vous n’avez rien d’autre sous la main pour faire disparaître des taches de rouille, posez des rondelles de citron placées entre deux morceaux de tissu sur les taches et passez dessus avec un fer à repasser bien chaud. Recommencez si nécessaire jusqu’à la disparition totale des taches.
  • Mélangé à du sel fin, le jus de citron constitue un abrasif tès doux que vous pouvez utiliser pour raviver des marbres ternis, les pailles jaunies ou moisies des sièges, paniers, chapeaux ou autres objets. Pas trop de citron sur les marbres! Il les attaquerait.
  • Pour redonner couleur aux touches en ivoire jaunies d'un vieux piano, prenez du jus de citron mélangé à de la sciure de bois et passez ce mélange en évitant soigneusement d'en répandre entre les touches. Laissez sécher et frottez pout enlever toute trace et faites briller avec un chiffon de laine. Vous pouvez également utiliser un demi-citron saupoudré de sel fin.
  • Si vos tasses ou votre théière en faïence ou en porcelaine brunissent, faites les tremper dans du jus de citron chaud. Rincez abondamment.
  • Des écorces séchées, suspendues dans les placards éloigneront mites et insectes.


[HAUT DE LA PAGE]




En Asie du sud-est, les feuilles de citron séchées sont utilisées pour faire des thés aphrodisiaques, alors qu’ailleurs elles servent à faire des charmes d’amour. Les Birmans font brûler des citrons confits avec de l’encens pour créer une ambiance propre aux jeux de l’amour.



[HAUT DE LA PAGE]




Le citron relève aussi bien une vinaigrette toute simple et parfumée à l'huile d'olive qu'une mayonnaise, une marinade pour les viandes, et les poissons, dont il affermit la chair et à qui il donne subtilité.
Il parfume des plats aussi divers que la sauce hollandaise, le merlan pané, le backhandl, poisson mariné puis pané des Viennois, le taboulé que nous avons tous adopté, le poulet au citron, le loup de mer aux agrumes.

Le jus de citron fouetté avec du jaune d'oeuf relève les potages bulgares, le poulet à la grecque, la soupe grecque à l’oeuf, le waterzooi de poulet des Flandres et ainsi de suite.

Les Italiens utilisent le zeste râpé dans la fricassée de poulet de Ligurie, la soupe stracciatella, l'aïoli au citron et au persil, la sauce gremolata, variante de la persillade française que l'on sert avec de l'escalope de veau.

Le chutney au citron, très apprécié des Anglais, accompagne bien sûr les currys mais aussi les viandes froides, la charcuterie, les fromages.

Le citron met en valeur quantité de desserts, gâteaux à la crème, tartes, tarte meringuée, confitures, crèmes, crêpes, fondant au citron, cake aux noix...

Notez que si le citron entre souvent comme condiment dans nombre de confitures ou marmelades, il ne souffre lui-même aucun ajout.

Afrique du Nord:
Le tajine au citron est un grand clasique. Les citrons confits au sel sont très appréciés de même qu'en Egypte.

Amérique du Sud:
Le ceviche est une spécialité péruvienne de filets de poisson cru " cuits "quelques heures dans une marinade de jus de limette et de jus de citron, avec de l'oignon, de l'ail, du sel et du poivre. Il y a de nombreuses recettes similaires, à Hawaï, aux Antilles et sur tous les rivages du Pacifique.

Antilles:
Ce sont les Européens qui ont introduit le citron et le citron vert aux Antilles et aujourd'hui la place qu'ils occupent dans la cuisine n'a d'égale que celle des piments. La plupart des plats de poisson, de volaille ou de légumes demandent un peu de citron de même que toutes les sauces ou presque. Les desserts au citron vert sont légion. Sans compter que le rhum fait bon ménage avec le citron et le citron vert!

Asie:
En Inde, il est très courant de frotter de jus de citron ou de limette et de curcuma les poissons et crustacés avant de les cuisiner. Les Indiens ajoutent souvent en fin de cuisson une cuillère de jus de citron pour aciduler des plats de légumes, de lentilles ou des currys de viande et préparent un excellent poulet au citron et à la coriandre.


[HAUT DE LA PAGE]